Programme du Séminaire COMUИ

Parmi les nouvelles données types sur lesquelles travaillent les chercheurs figurent désormais les commentaires numériques : tweets, posts, commentaires sur Facebook, avis sur des sites commerciaux ou non commerciaux, critiques/avis sur des sites d’informations… Quelles qu’en soient les formes (visuelles, sonores ou textuelles), ces traces sont l’objet de nombreuses analyses dans différents champs disciplinaires. Pour autant, si l’on garde à l’esprit que ces données sont les traces d’une minorité visible, que penser de leur utilisation dans un cadre scientifique ou même dans une logique plus instrumentale lorsqu’elles deviennent l’unité de mesure de “l’audience sociale” d’organisations diverses ?

Au-delà de ces considérations critiques demeure la question de leur analyse et de leur utilisation à des fins scientifiques. Quid de la déontologie du chercheur lorsqu’il utilise ces traces laissées par des internautes ? Quid de l’analyse de ces données, de leur captation et de la formation des chercheurs aux différents outils informatiques qui conditionnent aujourd’hui leur utilisation ?

Le séminaire COMUИ (Commentaires Иumériques et organisations), organisé par les membres de l’IDETCOM (Université Toulouse 1 Capitole), vise à réunir autour de ces questions des chercheurs spécialistes de l’analyse des commentaires numériques, issus des sciences humaines et sociales et des sciences juridiques, des étudiants (Master et Doctorat), mais également les professionnels désireux d’apporter leurs expertises sur le sujet et toute personne curieuse des enjeux du numérique…

Première séance, le 26 janvier 2018, 14H

La première séance du séminaire sera introduite par Monsieur Lucien Rapp, professeur au sein de l’Université Toulouse 1 Capitole et directeur du laboratoire IDETCOM et Laurence Leveneur, Maître de Conférences en Sciences de l’information et de la communication, membre de l’IDETCOM.

Nous accueillerons ensuite Guillaume Carbou, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bordeaux Montaigne, qui depuis sa thèse sur « Les médiations symboliques à l’œuvre dans les débats de société : l’exemple de l’accident nucléaire de Fukushima dans les commentaires d’actualité sur le web » (Université Toulouse le Mirail – Toulouse II, 2015), réfléchit de façon critique aux difficultés méthodologiques et aux intérêts épistémologiques et scientifiques de l’étude des commentaires numériques. Ce propos liminaire visera à soulever les enjeux et difficultés liés à l’analyse de ces corpus particuliers et à proposer quelques pistes pour les dépasser.

PROGRAMME

Vendredi 26 janvier 2018 (14H-16H)
« Analyser les commentaires d’actualité sur le web : pour quoi faire et comment faire?», par Guillaume Carbou, MCF, Université Bordeaux Montaigne

Vendredi 16 février 2018  (14H30-16H30)
« L’impact des commentaires des articles de presse sur les lecteurs des sites d’information », par Sébastien Rouquette, Professeur, Directeur du laboratoire Communication et Société, Université de Clermont-Ferrand

Vendredi 30 mars 2018 (14H-16H)
« Éléments de la construction des identités professionnelles numériques : approche sociotechnique et enjeux éthiques des commentaires numériques », par Jean-Claude Domenget, MCF HDR, Laboratoire Elliad, Université Franche Comté

Vendredi 13 avril 2018 (14H-16H)
« Analyse de “gros” corpus textuels avec IRaMuTeQ : quelques exemples »,
par Pierre Ratinaud, MCF, Laboratoire du LERASS, Université Toulouse  Paul Sabatier

Vendredi 25 mai 2018 (14H-16H)
« Le community manager comme interface : la circulation des commentaires entre le web et l’organisation », par Camille Alloing, MCF, laboratoire CEREGE, IAE de Poitiers et Julien Pierre, enseignant-chercheur à Audencia Business School, Nantes. 

Programme séminaire COMUИ

 

Pourquoi ce séminaire ?

Si plusieurs séminaires de recherche et publications abordent déjà tantôt les questions de méthodes liées à l’analyse du web, tantôt les questions liées aux traces, aux identités numériques ou, dans le cadre des ateliers de l’INA, au dépôt légal du web, nous souhaiterions, partant de cet existant, proposer un séminaire spécifiquement dédié aux commentaires numériques générés par et portant sur les organisations, ici entendues dans un sens large.

En effet, les commentaires numériques participent depuis longtemps des espaces, notamment médiatiques, et de ce fait ont déjà fait l’objet de plusieurs analyses centrées sur des enjeux liées à l’expression de l’opinion publique via différents médias (Louis Quéré (1990,1995), Nicolas Hubé et Stéphane Olivesi (2008), Franck Rebillard, Nikos Smyrnaios, Roland Canu et Caroline Datchary, Fabien Granjon et Aurélien Le Foulgoc, Baudouin Dupret, Enrique Klaus et Zouhair Ghazzal (2010),D. Yvette Wohn et Eun-Kyung Na (2011), Stephen Harrington, Tim Highfield et Axel Bruns (2013), Chloé Delaporte et Ioanna Vovou (2014), Guillaume Carbou (2015), Coralie Le Caroff (2015), Dario Compagno, Arnaud Mercier, Julien Mésangeau et Kamel Chelghoum, Sylvain Malcorps, Hassan Atifi (2017)). Derrière cet intérêt marqué pour ces formes de « participation citoyenne» se dessinèrent rapidement des questionnements portant sur les non commentateurs-lecteurs (Sébastien Rouquette, 2016) ou les communautés actives de fans (Anne-Sophie Béliard (2014), Rhiannon Bury, Canada Ruth Deller, Adam Greenwood et Bethan Jones, Julien Pequignot (2017)) y compris dans leurs dimensions éthiques (Katharina Freund et Dianna Fielding (2013)). Sans compter l’analyse des différentes configurations possibles d’intervention sur ces réseaux (Dominique Pasquier (2014), Anaïs Theviot (2014), Irène Bastard, Dominique Cardon, Raphaël Charbey, Christophe Prieur et Jean-Philippe Cointet, Marie Neihouser, Etienne Candel et Gustavo Gomez-Mejia (2017)), ou l’analyse de ces échanges dits « conversationnels » (de Fornel (1989); Herring (1996, 1999); Pemberton (1996); Erickson (1997,1999); Hutchby (2001); Michel Marcoccia (2004); Bays, Driss Ablali et Birgitte Wiederspiel (2017)) ainsi que des questionnements portant sur les méthodes à mettre en œuvre pour les analyser (Barats (2013), Dominique Cardon (2013), Tommaso Venturini, Jean-Philippe Cointet, Guilhem Fouetillou, Camille Roth (2014), Segault Antonin, Tajariol Federico, Domenget Jean-Claude et Roxin Ioan, Dario Compagno, Thomas Bottini, Virginie Julliard, Pascal Marchand et Pierre Ratinaud (2017), Gimenez Elsa (2017)). Cependant, rares sont les études consacrées aux commentaires clients (Françoise Hammer (2016)) dans une perspective économique (Thomas Beauvisage, Jean-Samuel Beuscart, Vincent Cardon, Kevin Mellet, Marie Trespeuch (2013), Laurence Allard, Marianne Le Béchec, Camille Alloing et Julien Pierre, Jean-Sébastien Vayre, Lucie Larnaudie et Aude Dufresne (2017)) ou sous l’angle de certaines professions issues de ces nouvelles technologies (Nikos Smyrnaios, Emmanuel Marty (2017)).

On peut constater au regard de cette rapide (et incomplète) revue de littérature que la notion de commentaire est souvent étudiée comme expression d’une opinion citoyenne ou d’une réception médiatique. Malgré la diversité des configurations possibles observées par les chercheurs sur le web, cette prédilection laisse de côté une large part des commentaires générés par d’autres types d’organisations. Enfin, les questionnements éthiques, l’étude de la réception de ces commentaires par la majorité des internautes lecteurs, l’analyse de leurs formes expressives (à l’exception l’analyse très récente en France de l’expression des affects qu’ils conditionnent) ou encore les questionnements portant sur leur réglementation ouvrent selon nous des perspectives complémentaires qui commencent à être travaillées.

COMUИ

Parmi les nouvelles données types sur lesquelles travaillent les chercheurs figurent désormais les commentaires numériques : tweets, posts, commentaires sur Facebook, avis sur des sites commerciaux ou non commerciaux, critiques/avis sur des sites d’informations… Quelles qu’en soient les formes (visuelles, sonores ou textuelles), ces traces sont l’objet de nombreuses analyses dans différents champs disciplinaires. Pour autant, si l’on garde à l’esprit que ces données sont les traces d’une minorité visible, que penser de leur utilisation dans un cadre scientifique ou même dans une logique plus instrumentale lorsqu’elles deviennent l’unité de mesure de “l’audience sociale” d’organisations diverses ? Au-delà de ces considérations critiques demeure la question de leur analyse et de leur utilisation à des fins scientifiques. Quid de la déontologie du chercheur lorsqu’il utilise ces traces laissées par des internautes ? Quid de l’analyse de ces données, de leur captation et de la formation des chercheurs aux différents outils informatiques qui conditionnent aujourd’hui leur utilisation ? L’objectif de ce carnet sera donc double : outre les échanges qu’il s’agira de stimuler sur ces différents aspects (méthodologiques, théoriques et déontologiques), en écho à la mise en place d’un séminaire mensuel et de publications collectives (monographies ou revues), nous souhaiterions à moyen terme fédérer un réseau de chercheurs issus de champs disciplinaires variés qui pourront se retrouver autour d’une vision critique de ces données numériques. Ce carnet servira à publier les compte-rendus et synthèses du séminaire que nous consacrerons à ces thématiques.