Le community manager comme interface : la circulation des commentaires entre le web et l’organisation- Prochaine séance du séminaire COMUИ le 25 mai 2018

Nous accueillerons vendredi 25 mai prochain (14H-16H),Camille Alloing, maître de conférences  en sciences de l’information-communication à l’IAE de l’Université de Poitiers, et chercheur au CEREGE  (CEntre de REcherche en GEstion ), et Julien Pierre, professeur associé au sein d’Audencia Business School (Nantes) dans le cadre du séminaire « Commentaires numériques et organisations ».
Leur intervention portera sur : « Le community manager comme interface : la circulation des commentaires entre le web et l’organisation ».

Informations pratiques : rendez-vous à la salle des séminaires située au sein de la Bibliothèque de l’Arsenal (11 rue des Puits Creusés,  Toulouse). Entrée libre, l’accès à la salle se fait par l’escalier situé après les portiques d’entrée, sur votre gauche.

 

Lire la suite

Vendredi 13 avril 2018 : intervention de Pierre Ratinaud (LERASS) sur l’analyse de Gros corpus textuels et numériques

Nous accueillerons vendredi 13 avril prochain (14H-16H)Pierre Ratinaud, maître de conférences en sciences de l’éducation au sein du LERASS (Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales, Université Toulouse 3), dans le cadre du séminaire « Commentaires numériques et organisations ». Son intervention portera sur l’analyse de « gros » corpus textuels avec IRaMuTeQ à partir de quelques exemples.

Informations pratiques : rendez-vous à la salle des séminaires située au sein de la Bibliothèque de l’Arsenal (11 rue des Puits Creusés,  Toulouse). Entrée libre, l’accès à la salle se fait par l’escalier situé après les portiques d’entrée, sur votre gauche.

Pierre Ratinaud est maître de conférences en sciences de l’éducation au département des sciences de l’éducation et de la formation de l’université de Toulouse – Jean Jaurès. Il est membre de l’équipe de psychologie sociale de la communication (PsyCom) du Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS). Ses travaux portent sur la dynamique des systèmes de représentations sociales et il est le principal développeur du logiciel libre IRaMuTeQ, pour l’analyse multidimensionnelle des textes et des questionnaires.

Lire la suite

Prochaine séance du séminaire « Commentaires numériques et organisations » – 30 mars 2018

La troisième séance du séminaire « Commentaires numériques et organisations » accueillera Jean-Claude Domenget.

Date : 30 mars 2018 (14H-16H)

Lieu : rendez-vous à la salle des séminaire située au sein de la Bibliothèque de l’Arsenal (11 rue des Puits Creusés,  Toulouse). Entrée principale, l’accès à la salle se fait par l’escalier situé après les portiques d’entrée, sur votre gauche.

Titre de son intervention : « ÉLÉMENTS DE LA CONSTRUCTION DES IDENTITÉS PROFESSIONNELLES NUMÉRIQUES : APPROCHE SOCIOTECHNIQUE ET ENJEUX ÉTHIQUES DES COMMENTAIRES NUMÉRIQUES » (Voir diaporama de sa présentation sur son site personnel: http://enseignantmultimedia.blogspot.fr/ )

Jean-Claude Domenget est Maître de Conférences HDR, Laboratoire Elliad, Université Franche Comté. Il mène des recherches qui s’inscrivent dans un renouvellement des problématiques en sociologie des usages à l’ère numérique, à travers l’analyse de dispositifs sociotechniques d’information et de communication liés au Web social, communément rassemblés sous le vocable de médias sociaux. Il s’agit d’analyser les usages de professionnels de la communication, les enjeux de visibilité – présence – reconnaissance – e-réputation ou encore la question des publics à l’ère numérique. Cinq axes de recherches peuvent être distingués issus en partie de ma thèse.

  • Résumé de son intervention :
« L’intervention analysera les commentaires numériques comme un élément structurant de la construction d’une identité professionnelle numérique dans les métiers de la communication, rapportée à la professionnalisation de la fonction. Pour ce faire, j’évoquerai un ensemble de concepts permettant de clarifier cette problématique : de la visibilité, jusqu’à la reconnaissance, en passant par la présence, l’e-réputation et l’autorité. Afin d’analyser la circulation des commentaires numériques, une approche sociotechnique sera proposée, prenant en compte l’évolution des dispositifs, en termes d’architecture technique et de structurations des interactions sociales. Mais au-delà des enjeux méthodologiques, l’analyse des commentaires numériques pose également un ensemble d’enjeux éthiques liés aussi bien à l’éthique de la recherche en ligne qu’à l’éthique en communication. »

Articles récents :

  • Jean-Claude Domenget, Julia Bonaccorsi, Valerie Carayol. Introduction au dossier « Humanités numériques et SIC ». Revue française des sciences de l’information et de la communication, Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 2016, Humanités numériques et SIC, 〈https://rfsic.revues.org/1984〉〈hal-01307884〉
  • Jean-Claude Domenget. Usages professionnels et figures d’usager des médias socionumériques. Revue française des sciences de l’information et de la communication, Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 2015, Usages et usagers de l’information à l’ère numérique, 〈http://rfsic.revues.org/1325〉〈hal-01307902〉
  • Alexandre Coutant, Jean-Claude Domenget. Avant-propos. Le communicateur bousculé par le numérique : quelles compétences à transmettre ?. Les cahiers du Résiproc, 2015, Le communicateur bousculé par le numérique Quelles compétences à transmettre ?, 〈http://pul.uclouvain.be/fr/livre/?GCOI=29303100328080〉〈hal-01307905〉
  • Assogba Henri, Alexandre Coutant, Jean-Claude Domenget, Guillaume Latzko-Toth. Les publics imaginés et réels des professionnels d’internet : Introduction au dossier thématique. Communication – Information, médias, théories, pratiques, Universite Laval, 2015, Les publics imaginés et réels des professionnels de l’Internet, 33 (2), 〈https://communication.revues.org/5704〉〈hal-01307885〉

Deuxième séance du Séminaire COMUИ avec Sébastien ROUQUETTE

Vendredi 16 février prochain, nous accueillerons Sébastien Rouquette qui interviendra sur « L’impact des commentaires des articles de presse sur les lecteurs des sites d’information ». Rendez-vous à la salle des séminaire située au sein de la Bibliothèque de l’Arsenal (11 rue des Puits Creusés,  Toulouse). Entrée principale, l’accès à la salle se fait par l’escalier situé après les portiques d’entrée, sur votre gauche.

Sébastien Rouquette est professeur des universités en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Clermont Auvergne, est directeur du laboratoire de recherche Communication et sociétés (EA 46 47). Son dernier ouvrage publié s’intitule Site internet : audit et stratégie (Dir.) De Boeck, 2017.

Résumé de son intervention :

Les espaces de commentaire des articles de presse favorisent-il l’émergence d’un sentiment de participation citoyenne ?

Qu’en pensent les internautes faibles lecteurs ou rares commentateurs ? Du point de vue de cette majorité silencieuse (celle qui ne commente jamais ou que rarement les articles) trois critiques ressortent.

L’une tient à la surreprésentation de contributeurs motivés pour défendre des avis jugés lacunaires, voire tendancieux. L’autre concerne la difficile co-construction de conclusions faute de gestion des débats par les rédactions au-delà d’un rôle de modération des propos publiés. La dernière porte sur les conséquences de l’anonymat des contributeurs. Le manque de responsabilité autorise le manque de profondeur, voire l’agressivité.

Les critiques adressées à l’encontre de ces dispositifs révèlent les deux facettes nécessaires au développement d’un espace médiatique participatif jugé satisfaisant par les lecteurs. Ces dispositifs participatifs sont jaugés à l’aune de la qualité de leurs contenus mais aussi du degré d’appartenance à une « communauté » que les instances qui les portent savent générer. Autant de défis que doivent relever les rédactions qui souhaitent promouvoir un véritable sentiment de participation citoyenne.

Bibliographie indicative :

Rouquette Sébastien, « Aux marges de l’espace public médiatique. L’espace des commentaires des articles de presse en ligne », Politiques de communication, 2016/1 (N° 6), p. 81-111. URL : https://www-cairn-info-s.biblio-dist.ut-capitole.fr/revue-politiques-de-communication-2016-1-page-81.htm 

Rouquette S., L’analyse des sites internet, Ina/De Boeck, 2009.
Rouquette S., L’hypermédia Internet, Ina éditions, 2010.

Première séance du Séminaire COMUИ- Horaire de début légèrement décalé

La première séance du séminaire de recherche « COMUИ » organisé par l’IDETCOM (Institut du Droit, de l’Espace, des Territoires et de la Communication) et consacré aux commentaires numériques et aux organisations se déroulera vendredi 26 janvier 2018 à partir de 14 heures à la bibliothèque de l’ARSENAL, Université Toulouse 1 Capitole, salle des conférences (niveau -1). Le séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles et sans inscription préalable. ATTENTION : la bibliothèque de l’Arsenal sera exceptionnellement fermée vendredi matin, réouverture des portes à 14H, le séminaire débutera donc probablement avec un léger retard.

« Analyser les commentaires d’actualité sur le web : pour quoi faire et comment faire?», par Guillaume CARBOU

Image

La première séance du séminaire COMUИ aura lieu vendredi 26 janvier 2018 à la bibliothèque de l’Arsenal, Université Toulouse Capitole. Pour rappel ce séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles. La première séance débutera à 14H, salle des séminaires (niveau -1).

Nous accueillerons Guillaume CARBOU,  Maître de Conférences à l’Université de Bordeaux, laboratoire SPH. Ses recherches se situent dans le domaine de l’analyse du discours et portent sur l’étude des différentes rationalités qui s’expriment dans l’espace public (généralement numérique) dans le cadre des débats de société. D’autre part, il consacre une partie de son travail à des réflexions d’ordre théorique et méthodologique sur l’analyse du discours.

Résumé de son intervention :

« Le web se caractérise par une présence et une circulation importante de contenus produits par les utilisateurs (UGC, users generated content). Les divers genres discursifs d’internet (forums, blogs, mails…) font l’objet de travaux académiques depuis plusieurs décennies maintenant. Toutefois, l’intérêt pour le commentaire d’actualité sur les sites de presse en ligne est relativement récent. Plus encore, rares sont les travaux qui abordent ces commentaires pour leur contenu, c’est-à-dire pour les idées qui y sont exprimées. Nous proposons dans ce séminaire de discuter, du point de vue d’un analyste du discours, les éléments qui font des corpus de commentaires un matériau à la fois complexe à aborder mais également très riche pour les sciences humaines et sociales. Nous dresserons dans un premier temps une liste des difficultés théoriques et méthodologiques qui peuvent rendre les commentaires d’actualité repoussants pour l’analyste du discours. Dans un second temps, nous proposerons un ensemble d’éléments qui font apparaître les intérêts scientifiques de l’étude des commentaires. Nous nous interrogerons alors sur le type de problématiques auxquelles peuvent, ou non, répondre ces corpus ainsi que sur les méthodologies susceptibles de les aborder. A ce propos, nous présenterons une brève discussion des intérêts mais aussi des risques de l’usage des logiciels d’analyse des données textuelles. Enfin, et si le temps nous le permet, nous illustrerons le type de recherche qui peut être mené sur des corpus de commentaires à partir de nos propres travaux (L’affaire DSK sur Atlantico.fr et L’Humanité.fr ; l’accident nucléaire de Fukushima sur un large corpus de presse en ligne ; la victoire de Conchita Wurst à l’eurovision sur YouTube). Ce parcours entend permettre d’éclaircir le panorama général de l’analyse des commentaires d’actualité et inviter à une prise de recul théorique et méthodologique sur ce type de corpus. »

Quelques références bibliographiques :

Programme du Séminaire COMUИ

Parmi les nouvelles données types sur lesquelles travaillent les chercheurs figurent désormais les commentaires numériques : tweets, posts, commentaires sur Facebook, avis sur des sites commerciaux ou non commerciaux, critiques/avis sur des sites d’informations… Quelles qu’en soient les formes (visuelles, sonores ou textuelles), ces traces sont l’objet de nombreuses analyses dans différents champs disciplinaires. Pour autant, si l’on garde à l’esprit que ces données sont les traces d’une minorité visible, que penser de leur utilisation dans un cadre scientifique ou même dans une logique plus instrumentale lorsqu’elles deviennent l’unité de mesure de « l’audience sociale » d’organisations diverses ?

Au-delà de ces considérations critiques demeure la question de leur analyse et de leur utilisation à des fins scientifiques. Quid de la déontologie du chercheur lorsqu’il utilise ces traces laissées par des internautes ? Quid de l’analyse de ces données, de leur captation et de la formation des chercheurs aux différents outils informatiques qui conditionnent aujourd’hui leur utilisation ?

Le séminaire COMUИ (Commentaires Иumériques et organisations), organisé par les membres de l’IDETCOM (Université Toulouse 1 Capitole), vise à réunir autour de ces questions des chercheurs spécialistes de l’analyse des commentaires numériques, issus des sciences humaines et sociales et des sciences juridiques, des étudiants (Master et Doctorat), mais également les professionnels désireux d’apporter leurs expertises sur le sujet et toute personne curieuse des enjeux du numérique…

Première séance, le 26 janvier 2018, 14H

La première séance du séminaire sera introduite par Monsieur Lucien Rapp, professeur au sein de l’Université Toulouse 1 Capitole et directeur du laboratoire IDETCOM et Laurence Leveneur, Maître de Conférences en Sciences de l’information et de la communication, membre de l’IDETCOM.

Nous accueillerons ensuite Guillaume Carbou, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bordeaux Montaigne, qui depuis sa thèse sur « Les médiations symboliques à l’œuvre dans les débats de société : l’exemple de l’accident nucléaire de Fukushima dans les commentaires d’actualité sur le web » (Université Toulouse le Mirail – Toulouse II, 2015), réfléchit de façon critique aux difficultés méthodologiques et aux intérêts épistémologiques et scientifiques de l’étude des commentaires numériques. Ce propos liminaire visera à soulever les enjeux et difficultés liés à l’analyse de ces corpus particuliers et à proposer quelques pistes pour les dépasser.

PROGRAMME

Vendredi 26 janvier 2018 (14H-16H)
« Analyser les commentaires d’actualité sur le web : pour quoi faire et comment faire?», par Guillaume Carbou, MCF, Université Bordeaux Montaigne

Vendredi 16 février 2018  (14H30-16H30)
« L’impact des commentaires des articles de presse sur les lecteurs des sites d’information », par Sébastien Rouquette, Professeur, Directeur du laboratoire Communication et Société, Université de Clermont-Ferrand

Vendredi 30 mars 2018 (14H-16H)
« Éléments de la construction des identités professionnelles numériques : approche sociotechnique et enjeux éthiques des commentaires numériques », par Jean-Claude Domenget, MCF HDR, Laboratoire Elliad, Université Franche Comté

Vendredi 13 avril 2018 (14H-16H)
« Analyse de « gros » corpus textuels avec IRaMuTeQ : quelques exemples »,
par Pierre Ratinaud, MCF, Laboratoire du LERASS, Université Toulouse  Paul Sabatier

Vendredi 25 mai 2018 (14H-16H)
« Le community manager comme interface : la circulation des commentaires entre le web et l’organisation », par Camille Alloing, MCF, laboratoire CEREGE, IAE de Poitiers et Julien Pierre, enseignant-chercheur à Audencia Business School, Nantes. 

Programme séminaire COMUИ

 

Pourquoi ce séminaire ?

Si plusieurs séminaires de recherche et publications abordent déjà tantôt les questions de méthodes liées à l’analyse du web, tantôt les questions liées aux traces, aux identités numériques ou, dans le cadre des ateliers de l’INA, au dépôt légal du web, nous souhaiterions, partant de cet existant, proposer un séminaire spécifiquement dédié aux commentaires numériques générés par et portant sur les organisations, ici entendues dans un sens large.

En effet, les commentaires numériques participent depuis longtemps des espaces, notamment médiatiques, et de ce fait ont déjà fait l’objet de plusieurs analyses centrées sur des enjeux liées à l’expression de l’opinion publique via différents médias (Louis Quéré (1990,1995), Nicolas Hubé et Stéphane Olivesi (2008), Franck Rebillard, Nikos Smyrnaios, Roland Canu et Caroline Datchary, Fabien Granjon et Aurélien Le Foulgoc, Baudouin Dupret, Enrique Klaus et Zouhair Ghazzal (2010),D. Yvette Wohn et Eun-Kyung Na (2011), Stephen Harrington, Tim Highfield et Axel Bruns (2013), Chloé Delaporte et Ioanna Vovou (2014), Guillaume Carbou (2015), Coralie Le Caroff (2015), Dario Compagno, Arnaud Mercier, Julien Mésangeau et Kamel Chelghoum, Sylvain Malcorps, Hassan Atifi (2017)). Derrière cet intérêt marqué pour ces formes de « participation citoyenne» se dessinèrent rapidement des questionnements portant sur les non commentateurs-lecteurs (Sébastien Rouquette, 2016) ou les communautés actives de fans (Anne-Sophie Béliard (2014), Rhiannon Bury, Canada Ruth Deller, Adam Greenwood et Bethan Jones, Julien Pequignot (2017)) y compris dans leurs dimensions éthiques (Katharina Freund et Dianna Fielding (2013)). Sans compter l’analyse des différentes configurations possibles d’intervention sur ces réseaux (Dominique Pasquier (2014), Anaïs Theviot (2014), Irène Bastard, Dominique Cardon, Raphaël Charbey, Christophe Prieur et Jean-Philippe Cointet, Marie Neihouser, Etienne Candel et Gustavo Gomez-Mejia (2017)), ou l’analyse de ces échanges dits « conversationnels » (de Fornel (1989); Herring (1996, 1999); Pemberton (1996); Erickson (1997,1999); Hutchby (2001); Michel Marcoccia (2004); Bays, Driss Ablali et Birgitte Wiederspiel (2017)) ainsi que des questionnements portant sur les méthodes à mettre en œuvre pour les analyser (Barats (2013), Dominique Cardon (2013), Tommaso Venturini, Jean-Philippe Cointet, Guilhem Fouetillou, Camille Roth (2014), Segault Antonin, Tajariol Federico, Domenget Jean-Claude et Roxin Ioan, Dario Compagno, Thomas Bottini, Virginie Julliard, Pascal Marchand et Pierre Ratinaud (2017), Gimenez Elsa (2017)). Cependant, rares sont les études consacrées aux commentaires clients (Françoise Hammer (2016)) dans une perspective économique (Thomas Beauvisage, Jean-Samuel Beuscart, Vincent Cardon, Kevin Mellet, Marie Trespeuch (2013), Laurence Allard, Marianne Le Béchec, Camille Alloing et Julien Pierre, Jean-Sébastien Vayre, Lucie Larnaudie et Aude Dufresne (2017)) ou sous l’angle de certaines professions issues de ces nouvelles technologies (Nikos Smyrnaios, Emmanuel Marty (2017)).

On peut constater au regard de cette rapide (et incomplète) revue de littérature que la notion de commentaire est souvent étudiée comme expression d’une opinion citoyenne ou d’une réception médiatique. Malgré la diversité des configurations possibles observées par les chercheurs sur le web, cette prédilection laisse de côté une large part des commentaires générés par d’autres types d’organisations. Enfin, les questionnements éthiques, l’étude de la réception de ces commentaires par la majorité des internautes lecteurs, l’analyse de leurs formes expressives (à l’exception l’analyse très récente en France de l’expression des affects qu’ils conditionnent) ou encore les questionnements portant sur leur réglementation ouvrent selon nous des perspectives complémentaires qui commencent à être travaillées.

COMUИ

Parmi les nouvelles données types sur lesquelles travaillent les chercheurs figurent désormais les commentaires numériques : tweets, posts, commentaires sur Facebook, avis sur des sites commerciaux ou non commerciaux, critiques/avis sur des sites d’informations… Quelles qu’en soient les formes (visuelles, sonores ou textuelles), ces traces sont l’objet de nombreuses analyses dans différents champs disciplinaires. Pour autant, si l’on garde à l’esprit que ces données sont les traces d’une minorité visible, que penser de leur utilisation dans un cadre scientifique ou même dans une logique plus instrumentale lorsqu’elles deviennent l’unité de mesure de « l’audience sociale » d’organisations diverses ? Au-delà de ces considérations critiques demeure la question de leur analyse et de leur utilisation à des fins scientifiques. Quid de la déontologie du chercheur lorsqu’il utilise ces traces laissées par des internautes ? Quid de l’analyse de ces données, de leur captation et de la formation des chercheurs aux différents outils informatiques qui conditionnent aujourd’hui leur utilisation ? L’objectif de ce carnet sera donc double : outre les échanges qu’il s’agira de stimuler sur ces différents aspects (méthodologiques, théoriques et déontologiques), en écho à la mise en place d’un séminaire mensuel et de publications collectives (monographies ou revues), nous souhaiterions à moyen terme fédérer un réseau de chercheurs issus de champs disciplinaires variés qui pourront se retrouver autour d’une vision critique de ces données numériques. Ce carnet servira à publier les compte-rendus et synthèses du séminaire que nous consacrerons à ces thématiques.