Commenter les organisations. Un état de l’art. Séminaire organisé par l’IDETCOM

Ce vendredi 17 mai 2019 aura lieu la dernière séance annuelle du séminaire « Commentaires numériques et organisations ». Elle sera l’occasion pour les organisateurs d’y présenter un travail de recherche bibliographique sur la notion de « commentaire numérique ».

Informations Pratiques

Date: 17 mai 2019
Horaire : 14h-16h
Lieu : Salle des séminaires – Bibliothèque de l’Arsenal [niveau -1]
Entrée libre sur inscription préalable : seminairecomun@gmail.com
 

Présentation de la séance
Avec l’appui du Département des Services à la Recherche, les chercheurs de l’IDETCOM impliqués dans l’organisation du séminaire ont pu travailler sur une bibliothèque composée de 600 références bibliographiques, issues des champs des sciences de l’information et de la communication, des sciences de gestion, et des sciences juridiques pour l’essentiel. Ces ressources ont été compulsées et analysées afin d’en faire ressortir dans un premier temps différentes définitions des commentaires numériques, et de circonscrire au mieux le terrain de recherche. Elles ont également permis de déterminer les tendances, selon les disciplines, liées aux corpus étudiés, aux termes employés, aux méthodologies convoquées, et aux types de problématiques traitées. Ce travail vise à vérifier s’il existe des impensés autour des commentaires numériques et des organisations que le groupe de travail constitué pourrait explorer en priorité dans le cadre d’un projet de recherche à venir.

 

Les intervenants 


Laurence Leveneur est maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Toulouse 1 Capitole, rattachée à l’IDETCOM (Institut du Droit, de l’Espace, des Territoires, de la Culture et de la Communication) et membre du CEISME (Centré d’Etudes sur les Images et les Sons médiatiques (Sorbonne Nouvelle Paris 3), elle a publié plusieurs articles portant notamment sur les jeux et les divertissements télévisuels et les stratégies des marques télévisuelles sur les réseaux socio-numériques.
 

Quelques publications
:
• Leveneur, Laurence (2019), « Entre mutations et résistances : les chaînes de télévision face aux agrégateurs de contenus. Le cas de la chaîne numérique MyTF1/Xtra« , dans Chambat-Houillon, Marie France et Barthes, Séverine (dir.), Mutations de la télévision, revue Télévision n°10, CNRS éditions.
• Leveneur, Laurence (2017) « Tweets et humour : le cas du Gorafi ». Revue Mise au point- Cahiers de l’Affecav, n°9, mis en ligne le 2 mai 2017, https://journals.openedition.org/map/2293
• Leveneur, Laurence (2016) « Les jeux télévisés face à la convergence numérique : de l’écran à l’interface ludique ? » In : D’un écran à l’autre : les mutations du spectateur : Actes du Colloque international, 21-23 mai 2014, Institut National de l’Audiovisuel, Paris INA / L’Harmattan. Series “Les médias en actes” Paris ISBN 978-2-343-09302-4
• Leveneur, Laurence (2016) « La gestion de leur e-réputation par les chaînes de télévision françaises ». In Jérôme Ferret et José Luis Pinuel Raigada (eds.) : La construcción de la reputación on-line y su vulnerabilidad, Comunicación Social. Salamanca ISBN 978-8415544883
• Leveneur, Laurence (2013) « Existe-t-il un service public de l’audiovisuel en ligne ? Le cas de France 2 », in Les enjeux de l’information et de la communication (14/2). p. 185-199. URL : http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2013-dossier/Leveneur/index.html
• Leveneur, Laurence (2013) « Marques télévisuelles et réseaux sociaux : vers un renouvellement des stratégies identitaires des chaînes généralistes françaises ? » In Laurichesse Hélène (Dir.), La stratégie de marque dans l’audiovisuel, Armand Colin. Series “Recherche” ISBN 978-2200285449

 
Daniel Pélissier travaille sur la communication organisationnelle et plus particulièrement sa digitalisation avec une vision externaliste et critique. Il apporte aussi une attention particulière à la méthodologie constitutive des connaissances scientifiques. Comme enseignant, les liens entre recherche et enseignement lui paraissent fondamentaux à interroger et mettre en pratique.
 


Quelques publications :

• Pélissier, D. ; « Les dimensions communicationnelles du recrutement », Hermès la Revue n°82, Dossier « Nouvelles voies/voix de la recherche en communication », 2018, p. 154-159
• Pélissier, D. ; « Paradoxes de la communication numérique de recrutement, le cas des banques entre marque employeur et isomorphisme numérique », Communication et Organisation, n°53, Dossier « Digitalisation et recrutement : perspectives informationnelles et communicationnelles », 2018, p. 39-51
• Pélissier, D. ; « Observer les observateurs : adaptation de la méthode de l’autoconfrontation simple et complexité de la navigation internet », Recherches Qualitatives, Hors-série, numéro 22, 2016, p.
24-41.

5 avril 2019 – LES MODÉRATEURS DE COMMENTAIRES SUR LES SITES D’INFORMATION FRANÇAIS

Nous accueillerons vendredi 5 avril prochain (14h-16h),  Brigitte  Sebbah et Nikos Smyrnaios, tous deux MCF au LERASS, Université Toulouse Paul Sabatier, dans le cadre du séminaire « Commentaires numériques et organisations». 

Leur intervention portera sur : « LES MODÉRATEURS DE COMMENTAIRES SUR LES SITES D’INFORMATION FRANÇAIS ».

Informations pratiques : rendez-vous à la salle des séminaires située au sein de la Bibliothèque de l’Arsenal (11 rue des Puits Creusés, Toulouse). L’accès à la salle se fait par l’escalier situé après les portiques d’entrée, sur votre gauche.

Inscription : La séance reste ouverte au public, sous réserve d’une inscription préalable via l’adresse mail suivante :  seminairecomun@gmail.com

Présentation de la séance :

Cette séance du séminaire COMUИ accueillera deux chercheur(e)s du LERASS (Laboratoire d’Etudes et de Recherches appliquées en sciences sociales- EA 827) qui viendront nous présenter les résultats de deux enquêtes menées auprès des modérateurs de sites d’information français. La séance s’organisera en deux temps.

Dans un premier temps, nous entendrons Nikos Smyrnaios  qui expliquera comment il a étudié les logiques qui président au fonctionnement économique, technique et éditorial des services de modération de contenu à travers une recherche originale combinant deux volets : une enquête par entretiens et observation menée entre février et mars 2016 auprès d’un des trois principaux fournisseurs de services de modération aux médias français et une analyse semi-automatisée et comparative d’un échantillon de messages publiés et non publiés par trois sites d’information, portant sur les attentats de novembre 2015 à Paris. Ce travail confronte ainsi la pratique de la modération, encastrée dans un cadre socioéconomique plus large et travaillée par un faisceau de contraintes de natures juridique, technique et industrielle, à la qualité et au pluralisme d’informations qu’elle produit et met à 
disposition de l’espace public numérique.

Dans la continuité de cette présentation, Brigitte Sebbah présentera un travail co-réalisé avec Nathalie Pignard-Cheynel (Université de Neuchâtel, Académie des médias et du journalisme) et portant sur le live-blogging et les figures co-construites de l’information et du public participant lors la couverture de l’affaire DSK par lemonde.fr

Dans une première étude, a été réalisée une analyse sur un corpus composé de deux documents : le flux du live et l’ensemble des messages soumis par les internautes dont une infime partie seulement a été publiée (1%). L’analyse comparée des deux facettes de cette  participation et des éléments méta-descriptifs relatifs au dispositif ont conduit à analyser la place de la parole ordinaire des  internautes dans la production journalistique en interrogeant : 1) le  processus de modération/filtrage effectué par les journalistes et la  projection d’une représentation normative de la figure de l’internaute participant et 2) l’émergence d’une posture énonciative collective  chez les internautes, prémisse d’une forme de « public » du live. Dans une seconde étude, les chercheuses ont confronté leurs résultats à une analyse lexicométrique sur un plus grand volume de données afin de tester à  nouveau leurs hypothèses concernant la participation du public et le cadrage médiatique de cet événement.

 

Les intervenants :

7 février 2018 Paris. Portrait Nikos Smyrnaios, enseignant chercheur à l’université de Toulouse, spécialisé dans la presse en ligne et l’utilisation des réseaux sociaux. Il publie « Les gafam contre l’internet, une économie politique du numérique »@Julien Jaulin/hanslucas

Nikos Smyrnaios, Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales, IUT « A » (site de Castres), Université Paul Sabatier – Toulouse 3

Quelques publications :

  • Smyrnaios N., 2017, Les GAFAM contre l’internet. Une économie politique 
    du numérique, INA éditions, Bry-sur-Marne.
  • Smyrnaios N., Marty E., 2017, « Profession « nettoyeur du net ». De la 
    modération des commentaires sur les sites d’information français », 
    Réseaux, vol. 205, no. 5, p. 57-90.
  • Smyrnaios N., Ratinaud P., 2017, «The Charlie Hebdo Attacks on Twitter: 
    A Comparative Analysis of a Political Controversy in English and French 
    », Social Media+ Society, Vol 3, Issue 1, février (en ligne).

Brigitte Sebbah, Maîtresse de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier – IUT A (Site Ponsan) Toulouse. Chercheure au LERASS (Laboratoire d’Etudes et de Recherches appliquées en sciences sociales- EA 827). http://beforeclass.eu/ @brigittesebbah

Quelques publications :

  • Marty, Pignard-Cheynel, Sebbah (2016), Internet users’ participation and news framing : focus on the Strauss Kahn case-related Live Blog at Le Monde.fr/ Revue New Media and Society.
  • Sebbah B. & Pignard-Cheynel N. (2015). Le live-blogging : les figures co-construites de l’information et du public participant. La couverture de l’affaire DSK par fr. Sur le journalisme, About journalism, Sobre jornalismo [En ligne], Vol 4, n°2 – 2015, mis en ligne le 15 novembre 2015. URL : http://surlejournalisme.com/rev
  • Sebbah B., Mercier A., Badouard R. (2018), La fabrique des tweets polémiques, in #info, partager et commenter l’actualité sur Twitter et Facebook; Presses MSH Paris.
  • Sebbah B. & Pignard-Cheynel N. (2014). Le live, expression d’une information « en train de se faire ». L’exemple de la couverture de l’affaire DSK fr, Recherches en communication, n°40, pp.13-25.
  • Sebbah B. & Pignard-Cheynel N. (2013). L’identité des journalistes du web à travers des « récits de soi ». Communication, 32/2, URL : http://communication.revues.org/5045

 

29 mars 2019- LES ENJEUX DU COMMUNITY MANAGEMENT EN ENTREPRISE

Lieu : IUT de RODEZ, amphithéâtre (bâtiment A, 1er étage)

Date : vendredi 29 mars 2019, 14H-16H

Inscription : La séance reste ouverte au public, sous réserve d’une inscription préalable via l’adresse mail suivante : seminairecomun@gmail.com

INTERVENANTS

Anne Mayor, Community Manager et Laurent Traversac, Responsable Information Technologies, Caisse Régionale de Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées.

RÉSUMÉ

Les intervenants dresseront un panorama global des missions du Community Manager en entreprise en déclinant les enjeux et la mise en place d’une stratégie d’e-réputation.
Pour cela, ils montreront au travers d’exemples concrets les risques et bénéficies d’une présence/absence sur les réseaux sociaux. Ils identifieront ensuite les leviers d’influence pour bâtir une réputation positive. Ils présenteront enfin des réponses possibles à d’éventuelles attaques au travers de cas concrets.
La conférence précisera une définition de l’e-réputation, ses enjeux et ses risques, différentes méthodes de gestion d’une identité positive, les réactions possibles à une attaque et enfin des principes de gestion de crise. La fin de la présentation s’interrogera sur le social selling.

ORGANISATEURS

L. Rapp, professeur et directeur du laboratoire IDETCOM (Institut du Droit, de l’Espace, des Territoires, de la Culture et de la Communication) ;

L. Leveneur, MCF, IUT de Rodez, IDETCOM ; 

D. Pélissier, Docteur, IUT de Rodez, IDETCOM.

8 mars 2019 : « L’impact de la digitalisation de la communication des organisations culturelles sur les relations aux usagers »

Lieu : salle des séminaires, Bibliothèque de l’Arsenal, niveau -1, Université Toulouse 1 Capitole 

Date : vendredi 8 mars 2019, 14H-16H

Inscription : La séance reste ouverte au public, sous réserve d’une inscription préalable via l’adresse mail suivante : seminairecomun@gmail.com

Résumé : Sur internet, les organisations culturelles, comme d’autres types d’organisations, sont confrontées au défi d’engager les usagers dans leur communication autour d’œuvres, de monuments, du patrimoine. Quel est le rôle du community manager au sein de ces organisations ? Comment les logiques de communication culturelle traditionnelles s’articulent-elles avec celles des plateformes numériques ? Ces dernières changent-elles les relations aux usagers des organisations culturelles ? Invite-t-on à commenter les œuvres et peut-on parler de « gestion de communautés » dans ce contexte ?  Autant de questions que nous aborderons au cours de cette séance en présence d’Aurore Gallarino et des étudiants du Master 2 Administration et Communication des Activités culturelles de l’Université Toulouse 1 Capitole.

Notre experte : Aurore Gallarino est Cheffe du pôle de communication digitale des Monuments nationaux. Elle enseigne également au sein des Universités Panthéon Sorbonne Paris 1 et Sorbonne Nouvelle Paris 3 la communication digitale et la communication culturelle. Elle a participé au lancement de l’Incubateur du patrimoine en 2018 (http://www.lincubateurdupatrimoine.fr/ ), à la mise en place d’une charte d’utilisation des réseaux sociaux pour les agents du Ministère de la Culture en 2017, à la refonte du portail www.monuments-nationaux.fr et de sa galaxie de sites internet (90 sites internet) en 2016. Membre de la #CMmin (Groupe de travail des Community Managers des établissements sous tutelle du ministère de la Culture) et de #Muzeonum (groupe de professionnels de la culture et du numérique), elle a été Community Manager au Centre Pompidou.

« Le mirage Facebook : analyse sémiotique comparative d’écrits d’écran pour appréhender le dispositif formé par un réseau social d’entreprise »

Vendredi 1er février  2019 (14H-16H) se tiendra la première séance de l’édition 2019 de notre séminaire consacré aux commentaires numériques et aux organisations.
 
Le thème : : « Le mirage Facebook : analyse sémiotique comparative d’écrits d’écran pour appréhender le dispositif formé par un réseau social d’entreprise», par Hélène Piment, Docteure, Université Lumière Lyon 2.

Résumé de son intervention
« Les quelques travaux de recherche qui s’intéressent exclusivement aux réseaux sociaux d’entreprises les envisagent comme un alias de Facebook interne ou comme un « réseau social interne », support numérique de nouveaux régimes de connectivité dans l’entreprise. Cette intervention visera à questionner les différences entre ces réseaux internes d’entreprises et leur célèbre parangon. »

L’intervenante : Actuellement Product Owner et consultante en gestion de contenus d’entreprise, Hélène Piment est docteure en sciences de l’information et de la communication. Ses recherches portent sur le réseau socionumérique d’entreprise envisagé comme dispositif info-communicationnel hybride, elles visent notamment à saisir les différents discours qui le traversent. Auparavant conseil, chef de projet et assistante à maîtrise d’ouvrage en technique de communication et d’information, elle a également animé durant quelques années la délégation régionale lyonnaise de l’ADBS, association des professionnels de l’information. 

Bibliographie indicative :
  • Piment, H. (2015a). Modèle communicationnel d’un réseau socionumérique d’entreprise. Dans A. Coutant et J.-C. Domenget (dir.), Le communicateur bousculé par le numérique : Quelles compétences à transmettre ? (pp. 100‑123). Louvain-la-Neuve, Belgique : Presses universitaires de Louvain.
  • Piment, H. (2015b). Analyse des interactions entre les éléments du dispositif formé par le réseau social d’entreprise : apport de l’étude du discours promotionnel des éditeurs de logiciel dans une table ronde. Dans Actes des journées doctorales de la SFSIC 2015 (pp. 83‑92). Lille: SFSIC. 
  • Larroche, V. et Piment, H. (2014). De l’habileté dans les interactions numériques aux compétences professionnelles de l’animateur de communautés en ligne. Dans Actes Colloque, 11-12-13 juin 2014 (pp. 159‑168). Neuilly sur Seine : GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne. 

Le programme 2019 est arrivé !

Le Programme 2019 du séminaire COMUИ, dédié aux commentaires numériques et aux organisations est arrivé ! Le format est identique à l’an passé : le séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles. Toutefois pensez à vous inscrire en amont via l’adresse mail suivante : seminairecomun@gmail.com 

Lieu de rdv : Salle des séminaires, Bibliothèque de l’Arsenal (niveau -1)
Université Toulouse Capitole
11,rue des Puits-Creusés,
Toulouse

 

 

Le community manager comme interface : la circulation des commentaires entre le web et l’organisation- Prochaine séance du séminaire COMUИ le 25 mai 2018

Nous accueillerons vendredi 25 mai prochain (14H-16H),Camille Alloing, maître de conférences  en sciences de l’information-communication à l’IAE de l’Université de Poitiers, et chercheur au CEREGE  (CEntre de REcherche en GEstion ), et Julien Pierre, professeur associé au sein d’Audencia Business School (Nantes) dans le cadre du séminaire « Commentaires numériques et organisations ».
Leur intervention portera sur : « Le community manager comme interface : la circulation des commentaires entre le web et l’organisation ».

Informations pratiques : rendez-vous à la salle des séminaires située au sein de la Bibliothèque de l’Arsenal (11 rue des Puits Creusés,  Toulouse). Entrée libre, l’accès à la salle se fait par l’escalier situé après les portiques d’entrée, sur votre gauche.

 

Continuer la lecture

Vendredi 13 avril 2018 : intervention de Pierre Ratinaud (LERASS) sur l’analyse de Gros corpus textuels et numériques

Nous accueillerons vendredi 13 avril prochain (14H-16H)Pierre Ratinaud, maître de conférences en sciences de l’éducation au sein du LERASS (Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales, Université Toulouse 3), dans le cadre du séminaire « Commentaires numériques et organisations ». Son intervention portera sur l’analyse de « gros » corpus textuels avec IRaMuTeQ à partir de quelques exemples.

Informations pratiques : rendez-vous à la salle des séminaires située au sein de la Bibliothèque de l’Arsenal (11 rue des Puits Creusés,  Toulouse). Entrée libre, l’accès à la salle se fait par l’escalier situé après les portiques d’entrée, sur votre gauche.

Pierre Ratinaud est maître de conférences en sciences de l’éducation au département des sciences de l’éducation et de la formation de l’université de Toulouse – Jean Jaurès. Il est membre de l’équipe de psychologie sociale de la communication (PsyCom) du Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS). Ses travaux portent sur la dynamique des systèmes de représentations sociales et il est le principal développeur du logiciel libre IRaMuTeQ, pour l’analyse multidimensionnelle des textes et des questionnaires.

Continuer la lecture

Prochaine séance du séminaire « Commentaires numériques et organisations » – 30 mars 2018

La troisième séance du séminaire « Commentaires numériques et organisations » accueillera Jean-Claude Domenget.

Date : 30 mars 2018 (14H-16H)

Lieu : rendez-vous à la salle des séminaire située au sein de la Bibliothèque de l’Arsenal (11 rue des Puits Creusés,  Toulouse). Entrée principale, l’accès à la salle se fait par l’escalier situé après les portiques d’entrée, sur votre gauche.

Titre de son intervention : « ÉLÉMENTS DE LA CONSTRUCTION DES IDENTITÉS PROFESSIONNELLES NUMÉRIQUES : APPROCHE SOCIOTECHNIQUE ET ENJEUX ÉTHIQUES DES COMMENTAIRES NUMÉRIQUES » (Voir diaporama de sa présentation sur son site personnel: http://enseignantmultimedia.blogspot.fr/ )

Jean-Claude Domenget est Maître de Conférences HDR, Laboratoire Elliad, Université Franche Comté. Il mène des recherches qui s’inscrivent dans un renouvellement des problématiques en sociologie des usages à l’ère numérique, à travers l’analyse de dispositifs sociotechniques d’information et de communication liés au Web social, communément rassemblés sous le vocable de médias sociaux. Il s’agit d’analyser les usages de professionnels de la communication, les enjeux de visibilité – présence – reconnaissance – e-réputation ou encore la question des publics à l’ère numérique. Cinq axes de recherches peuvent être distingués issus en partie de ma thèse.

  • Résumé de son intervention :
« L’intervention analysera les commentaires numériques comme un élément structurant de la construction d’une identité professionnelle numérique dans les métiers de la communication, rapportée à la professionnalisation de la fonction. Pour ce faire, j’évoquerai un ensemble de concepts permettant de clarifier cette problématique : de la visibilité, jusqu’à la reconnaissance, en passant par la présence, l’e-réputation et l’autorité. Afin d’analyser la circulation des commentaires numériques, une approche sociotechnique sera proposée, prenant en compte l’évolution des dispositifs, en termes d’architecture technique et de structurations des interactions sociales. Mais au-delà des enjeux méthodologiques, l’analyse des commentaires numériques pose également un ensemble d’enjeux éthiques liés aussi bien à l’éthique de la recherche en ligne qu’à l’éthique en communication. »

Articles récents :

  • Jean-Claude Domenget, Julia Bonaccorsi, Valerie Carayol. Introduction au dossier « Humanités numériques et SIC ». Revue française des sciences de l’information et de la communication, Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 2016, Humanités numériques et SIC, 〈https://rfsic.revues.org/1984〉〈hal-01307884〉
  • Jean-Claude Domenget. Usages professionnels et figures d’usager des médias socionumériques. Revue française des sciences de l’information et de la communication, Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 2015, Usages et usagers de l’information à l’ère numérique, 〈http://rfsic.revues.org/1325〉〈hal-01307902〉
  • Alexandre Coutant, Jean-Claude Domenget. Avant-propos. Le communicateur bousculé par le numérique : quelles compétences à transmettre ?. Les cahiers du Résiproc, 2015, Le communicateur bousculé par le numérique Quelles compétences à transmettre ?, 〈http://pul.uclouvain.be/fr/livre/?GCOI=29303100328080〉〈hal-01307905〉
  • Assogba Henri, Alexandre Coutant, Jean-Claude Domenget, Guillaume Latzko-Toth. Les publics imaginés et réels des professionnels d’internet : Introduction au dossier thématique. Communication – Information, médias, théories, pratiques, Universite Laval, 2015, Les publics imaginés et réels des professionnels de l’Internet, 33 (2), 〈https://communication.revues.org/5704〉〈hal-01307885〉

Deuxième séance du Séminaire COMUИ avec Sébastien ROUQUETTE

Vendredi 16 février prochain, nous accueillerons Sébastien Rouquette qui interviendra sur « L’impact des commentaires des articles de presse sur les lecteurs des sites d’information ». Rendez-vous à la salle des séminaire située au sein de la Bibliothèque de l’Arsenal (11 rue des Puits Creusés,  Toulouse). Entrée principale, l’accès à la salle se fait par l’escalier situé après les portiques d’entrée, sur votre gauche.

Sébastien Rouquette est professeur des universités en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Clermont Auvergne, est directeur du laboratoire de recherche Communication et sociétés (EA 46 47). Son dernier ouvrage publié s’intitule Site internet : audit et stratégie (Dir.) De Boeck, 2017.

Résumé de son intervention :

Les espaces de commentaire des articles de presse favorisent-il l’émergence d’un sentiment de participation citoyenne ?

Qu’en pensent les internautes faibles lecteurs ou rares commentateurs ? Du point de vue de cette majorité silencieuse (celle qui ne commente jamais ou que rarement les articles) trois critiques ressortent.

L’une tient à la surreprésentation de contributeurs motivés pour défendre des avis jugés lacunaires, voire tendancieux. L’autre concerne la difficile co-construction de conclusions faute de gestion des débats par les rédactions au-delà d’un rôle de modération des propos publiés. La dernière porte sur les conséquences de l’anonymat des contributeurs. Le manque de responsabilité autorise le manque de profondeur, voire l’agressivité.

Les critiques adressées à l’encontre de ces dispositifs révèlent les deux facettes nécessaires au développement d’un espace médiatique participatif jugé satisfaisant par les lecteurs. Ces dispositifs participatifs sont jaugés à l’aune de la qualité de leurs contenus mais aussi du degré d’appartenance à une « communauté » que les instances qui les portent savent générer. Autant de défis que doivent relever les rédactions qui souhaitent promouvoir un véritable sentiment de participation citoyenne.

Bibliographie indicative :

Rouquette Sébastien, « Aux marges de l’espace public médiatique. L’espace des commentaires des articles de presse en ligne », Politiques de communication, 2016/1 (N° 6), p. 81-111. URL : https://www-cairn-info-s.biblio-dist.ut-capitole.fr/revue-politiques-de-communication-2016-1-page-81.htm 

Rouquette S., L’analyse des sites internet, Ina/De Boeck, 2009.
Rouquette S., L’hypermédia Internet, Ina éditions, 2010.

Première séance du Séminaire COMUИ- Horaire de début légèrement décalé

La première séance du séminaire de recherche « COMUИ » organisé par l’IDETCOM (Institut du Droit, de l’Espace, des Territoires et de la Communication) et consacré aux commentaires numériques et aux organisations se déroulera vendredi 26 janvier 2018 à partir de 14 heures à la bibliothèque de l’ARSENAL, Université Toulouse 1 Capitole, salle des conférences (niveau -1). Le séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles et sans inscription préalable. ATTENTION : la bibliothèque de l’Arsenal sera exceptionnellement fermée vendredi matin, réouverture des portes à 14H, le séminaire débutera donc probablement avec un léger retard.

« Analyser les commentaires d’actualité sur le web : pour quoi faire et comment faire?», par Guillaume CARBOU

Image

La première séance du séminaire COMUИ aura lieu vendredi 26 janvier 2018 à la bibliothèque de l’Arsenal, Université Toulouse Capitole. Pour rappel ce séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles. La première séance débutera à 14H, salle des séminaires (niveau -1).

Nous accueillerons Guillaume CARBOU,  Maître de Conférences à l’Université de Bordeaux, laboratoire SPH. Ses recherches se situent dans le domaine de l’analyse du discours et portent sur l’étude des différentes rationalités qui s’expriment dans l’espace public (généralement numérique) dans le cadre des débats de société. D’autre part, il consacre une partie de son travail à des réflexions d’ordre théorique et méthodologique sur l’analyse du discours.

Résumé de son intervention :

« Le web se caractérise par une présence et une circulation importante de contenus produits par les utilisateurs (UGC, users generated content). Les divers genres discursifs d’internet (forums, blogs, mails…) font l’objet de travaux académiques depuis plusieurs décennies maintenant. Toutefois, l’intérêt pour le commentaire d’actualité sur les sites de presse en ligne est relativement récent. Plus encore, rares sont les travaux qui abordent ces commentaires pour leur contenu, c’est-à-dire pour les idées qui y sont exprimées. Nous proposons dans ce séminaire de discuter, du point de vue d’un analyste du discours, les éléments qui font des corpus de commentaires un matériau à la fois complexe à aborder mais également très riche pour les sciences humaines et sociales. Nous dresserons dans un premier temps une liste des difficultés théoriques et méthodologiques qui peuvent rendre les commentaires d’actualité repoussants pour l’analyste du discours. Dans un second temps, nous proposerons un ensemble d’éléments qui font apparaître les intérêts scientifiques de l’étude des commentaires. Nous nous interrogerons alors sur le type de problématiques auxquelles peuvent, ou non, répondre ces corpus ainsi que sur les méthodologies susceptibles de les aborder. A ce propos, nous présenterons une brève discussion des intérêts mais aussi des risques de l’usage des logiciels d’analyse des données textuelles. Enfin, et si le temps nous le permet, nous illustrerons le type de recherche qui peut être mené sur des corpus de commentaires à partir de nos propres travaux (L’affaire DSK sur Atlantico.fr et L’Humanité.fr ; l’accident nucléaire de Fukushima sur un large corpus de presse en ligne ; la victoire de Conchita Wurst à l’eurovision sur YouTube). Ce parcours entend permettre d’éclaircir le panorama général de l’analyse des commentaires d’actualité et inviter à une prise de recul théorique et méthodologique sur ce type de corpus. »

Quelques références bibliographiques :

Programme du Séminaire COMUИ

Parmi les nouvelles données types sur lesquelles travaillent les chercheurs figurent désormais les commentaires numériques : tweets, posts, commentaires sur Facebook, avis sur des sites commerciaux ou non commerciaux, critiques/avis sur des sites d’informations… Quelles qu’en soient les formes (visuelles, sonores ou textuelles), ces traces sont l’objet de nombreuses analyses dans différents champs disciplinaires. Pour autant, si l’on garde à l’esprit que ces données sont les traces d’une minorité visible, que penser de leur utilisation dans un cadre scientifique ou même dans une logique plus instrumentale lorsqu’elles deviennent l’unité de mesure de « l’audience sociale » d’organisations diverses ?

Au-delà de ces considérations critiques demeure la question de leur analyse et de leur utilisation à des fins scientifiques. Quid de la déontologie du chercheur lorsqu’il utilise ces traces laissées par des internautes ? Quid de l’analyse de ces données, de leur captation et de la formation des chercheurs aux différents outils informatiques qui conditionnent aujourd’hui leur utilisation ?

Le séminaire COMUИ (Commentaires Иumériques et organisations), organisé par les membres de l’IDETCOM (Université Toulouse 1 Capitole), vise à réunir autour de ces questions des chercheurs spécialistes de l’analyse des commentaires numériques, issus des sciences humaines et sociales et des sciences juridiques, des étudiants (Master et Doctorat), mais également les professionnels désireux d’apporter leurs expertises sur le sujet et toute personne curieuse des enjeux du numérique…

Première séance, le 26 janvier 2018, 14H

La première séance du séminaire sera introduite par Monsieur Lucien Rapp, professeur au sein de l’Université Toulouse 1 Capitole et directeur du laboratoire IDETCOM et Laurence Leveneur, Maître de Conférences en Sciences de l’information et de la communication, membre de l’IDETCOM.

Nous accueillerons ensuite Guillaume Carbou, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bordeaux Montaigne, qui depuis sa thèse sur « Les médiations symboliques à l’œuvre dans les débats de société : l’exemple de l’accident nucléaire de Fukushima dans les commentaires d’actualité sur le web » (Université Toulouse le Mirail – Toulouse II, 2015), réfléchit de façon critique aux difficultés méthodologiques et aux intérêts épistémologiques et scientifiques de l’étude des commentaires numériques. Ce propos liminaire visera à soulever les enjeux et difficultés liés à l’analyse de ces corpus particuliers et à proposer quelques pistes pour les dépasser.

PROGRAMME

Vendredi 26 janvier 2018 (14H-16H)
« Analyser les commentaires d’actualité sur le web : pour quoi faire et comment faire?», par Guillaume Carbou, MCF, Université Bordeaux Montaigne

Vendredi 16 février 2018  (14H30-16H30)
« L’impact des commentaires des articles de presse sur les lecteurs des sites d’information », par Sébastien Rouquette, Professeur, Directeur du laboratoire Communication et Société, Université de Clermont-Ferrand

Vendredi 30 mars 2018 (14H-16H)
« Éléments de la construction des identités professionnelles numériques : approche sociotechnique et enjeux éthiques des commentaires numériques », par Jean-Claude Domenget, MCF HDR, Laboratoire Elliad, Université Franche Comté

Vendredi 13 avril 2018 (14H-16H)
« Analyse de « gros » corpus textuels avec IRaMuTeQ : quelques exemples »,
par Pierre Ratinaud, MCF, Laboratoire du LERASS, Université Toulouse  Paul Sabatier

Vendredi 25 mai 2018 (14H-16H)
« Le community manager comme interface : la circulation des commentaires entre le web et l’organisation », par Camille Alloing, MCF, laboratoire CEREGE, IAE de Poitiers et Julien Pierre, enseignant-chercheur à Audencia Business School, Nantes. 

Programme séminaire COMUИ

 

Pourquoi ce séminaire ?

Si plusieurs séminaires de recherche et publications abordent déjà tantôt les questions de méthodes liées à l’analyse du web, tantôt les questions liées aux traces, aux identités numériques ou, dans le cadre des ateliers de l’INA, au dépôt légal du web, nous souhaiterions, partant de cet existant, proposer un séminaire spécifiquement dédié aux commentaires numériques générés par et portant sur les organisations, ici entendues dans un sens large.

En effet, les commentaires numériques participent depuis longtemps des espaces, notamment médiatiques, et de ce fait ont déjà fait l’objet de plusieurs analyses centrées sur des enjeux liées à l’expression de l’opinion publique via différents médias (Louis Quéré (1990,1995), Nicolas Hubé et Stéphane Olivesi (2008), Franck Rebillard, Nikos Smyrnaios, Roland Canu et Caroline Datchary, Fabien Granjon et Aurélien Le Foulgoc, Baudouin Dupret, Enrique Klaus et Zouhair Ghazzal (2010),D. Yvette Wohn et Eun-Kyung Na (2011), Stephen Harrington, Tim Highfield et Axel Bruns (2013), Chloé Delaporte et Ioanna Vovou (2014), Guillaume Carbou (2015), Coralie Le Caroff (2015), Dario Compagno, Arnaud Mercier, Julien Mésangeau et Kamel Chelghoum, Sylvain Malcorps, Hassan Atifi (2017)). Derrière cet intérêt marqué pour ces formes de « participation citoyenne» se dessinèrent rapidement des questionnements portant sur les non commentateurs-lecteurs (Sébastien Rouquette, 2016) ou les communautés actives de fans (Anne-Sophie Béliard (2014), Rhiannon Bury, Canada Ruth Deller, Adam Greenwood et Bethan Jones, Julien Pequignot (2017)) y compris dans leurs dimensions éthiques (Katharina Freund et Dianna Fielding (2013)). Sans compter l’analyse des différentes configurations possibles d’intervention sur ces réseaux (Dominique Pasquier (2014), Anaïs Theviot (2014), Irène Bastard, Dominique Cardon, Raphaël Charbey, Christophe Prieur et Jean-Philippe Cointet, Marie Neihouser, Etienne Candel et Gustavo Gomez-Mejia (2017)), ou l’analyse de ces échanges dits « conversationnels » (de Fornel (1989); Herring (1996, 1999); Pemberton (1996); Erickson (1997,1999); Hutchby (2001); Michel Marcoccia (2004); Bays, Driss Ablali et Birgitte Wiederspiel (2017)) ainsi que des questionnements portant sur les méthodes à mettre en œuvre pour les analyser (Barats (2013), Dominique Cardon (2013), Tommaso Venturini, Jean-Philippe Cointet, Guilhem Fouetillou, Camille Roth (2014), Segault Antonin, Tajariol Federico, Domenget Jean-Claude et Roxin Ioan, Dario Compagno, Thomas Bottini, Virginie Julliard, Pascal Marchand et Pierre Ratinaud (2017), Gimenez Elsa (2017)). Cependant, rares sont les études consacrées aux commentaires clients (Françoise Hammer (2016)) dans une perspective économique (Thomas Beauvisage, Jean-Samuel Beuscart, Vincent Cardon, Kevin Mellet, Marie Trespeuch (2013), Laurence Allard, Marianne Le Béchec, Camille Alloing et Julien Pierre, Jean-Sébastien Vayre, Lucie Larnaudie et Aude Dufresne (2017)) ou sous l’angle de certaines professions issues de ces nouvelles technologies (Nikos Smyrnaios, Emmanuel Marty (2017)).

On peut constater au regard de cette rapide (et incomplète) revue de littérature que la notion de commentaire est souvent étudiée comme expression d’une opinion citoyenne ou d’une réception médiatique. Malgré la diversité des configurations possibles observées par les chercheurs sur le web, cette prédilection laisse de côté une large part des commentaires générés par d’autres types d’organisations. Enfin, les questionnements éthiques, l’étude de la réception de ces commentaires par la majorité des internautes lecteurs, l’analyse de leurs formes expressives (à l’exception l’analyse très récente en France de l’expression des affects qu’ils conditionnent) ou encore les questionnements portant sur leur réglementation ouvrent selon nous des perspectives complémentaires qui commencent à être travaillées.

COMUИ

Parmi les nouvelles données types sur lesquelles travaillent les chercheurs figurent désormais les commentaires numériques : tweets, posts, commentaires sur Facebook, avis sur des sites commerciaux ou non commerciaux, critiques/avis sur des sites d’informations… Quelles qu’en soient les formes (visuelles, sonores ou textuelles), ces traces sont l’objet de nombreuses analyses dans différents champs disciplinaires. Pour autant, si l’on garde à l’esprit que ces données sont les traces d’une minorité visible, que penser de leur utilisation dans un cadre scientifique ou même dans une logique plus instrumentale lorsqu’elles deviennent l’unité de mesure de « l’audience sociale » d’organisations diverses ? Au-delà de ces considérations critiques demeure la question de leur analyse et de leur utilisation à des fins scientifiques. Quid de la déontologie du chercheur lorsqu’il utilise ces traces laissées par des internautes ? Quid de l’analyse de ces données, de leur captation et de la formation des chercheurs aux différents outils informatiques qui conditionnent aujourd’hui leur utilisation ? L’objectif de ce carnet sera donc double : outre les échanges qu’il s’agira de stimuler sur ces différents aspects (méthodologiques, théoriques et déontologiques), en écho à la mise en place d’un séminaire mensuel et de publications collectives (monographies ou revues), nous souhaiterions à moyen terme fédérer un réseau de chercheurs issus de champs disciplinaires variés qui pourront se retrouver autour d’une vision critique de ces données numériques. Ce carnet servira à publier les compte-rendus et synthèses du séminaire que nous consacrerons à ces thématiques.