Programme du Séminaire COMUИ

Parmi les nouvelles données types sur lesquelles travaillent les chercheurs figurent désormais les commentaires numériques : tweets, posts, commentaires sur Facebook, avis sur des sites commerciaux ou non commerciaux, critiques/avis sur des sites d’informations… Quelles qu’en soient les formes (visuelles, sonores ou textuelles), ces traces sont l’objet de nombreuses analyses dans différents champs disciplinaires. Pour autant, si l’on garde à l’esprit que ces données sont les traces d’une minorité visible, que penser de leur utilisation dans un cadre scientifique ou même dans une logique plus instrumentale lorsqu’elles deviennent l’unité de mesure de “l’audience sociale” d’organisations diverses ?

Au-delà de ces considérations critiques demeure la question de leur analyse et de leur utilisation à des fins scientifiques. Quid de la déontologie du chercheur lorsqu’il utilise ces traces laissées par des internautes ? Quid de l’analyse de ces données, de leur captation et de la formation des chercheurs aux différents outils informatiques qui conditionnent aujourd’hui leur utilisation ?

Le séminaire COMUИ (Commentaires Иumériques et organisations), organisé par les membres de l’IDETCOM (Université Toulouse 1 Capitole), vise à réunir autour de ces questions des chercheurs spécialistes de l’analyse des commentaires numériques, issus des sciences humaines et sociales et des sciences juridiques, des étudiants (Master et Doctorat), mais également les professionnels désireux d’apporter leurs expertises sur le sujet et toute personne curieuse des enjeux du numérique…

Première séance, le 26 janvier 2018, 14H

La première séance du séminaire sera introduite par Monsieur Lucien Rapp, professeur au sein de l’Université Toulouse 1 Capitole et directeur du laboratoire IDETCOM et Laurence Leveneur, Maître de Conférences en Sciences de l’information et de la communication, membre de l’IDETCOM.

Nous accueillerons ensuite Guillaume Carbou, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bordeaux Montaigne, qui depuis sa thèse sur « Les médiations symboliques à l’œuvre dans les débats de société : l’exemple de l’accident nucléaire de Fukushima dans les commentaires d’actualité sur le web » (Université Toulouse le Mirail – Toulouse II, 2015), réfléchit de façon critique aux difficultés méthodologiques et aux intérêts épistémologiques et scientifiques de l’étude des commentaires numériques. Ce propos liminaire visera à soulever les enjeux et difficultés liés à l’analyse de ces corpus particuliers et à proposer quelques pistes pour les dépasser.

PROGRAMME

Vendredi 26 janvier 2018 (14H-16H)
« Analyser les commentaires d’actualité sur le web : pour quoi faire et comment faire?», par Guillaume Carbou, MCF, Université Bordeaux Montaigne

Vendredi 16 février 2018  (14H30-16H30)
« L’impact des commentaires des articles de presse sur les lecteurs des sites d’information », par Sébastien Rouquette, Professeur, Directeur du laboratoire Communication et Société, Université de Clermont-Ferrand

Vendredi 30 mars 2018 (14H-16H)
« Éléments de la construction des identités professionnelles numériques : approche sociotechnique et enjeux éthiques des commentaires numériques », par Jean-Claude Domenget, MCF HDR, Laboratoire Elliad, Université Franche Comté

Vendredi 13 avril 2018 (14H-16H)
« Analyse de “gros” corpus textuels avec IRaMuTeQ : quelques exemples »,
par Pierre Ratinaud, MCF, Laboratoire du LERASS, Université Toulouse  Paul Sabatier

Vendredi 25 mai 2018 (14H-16H)
« Le community manager comme interface : la circulation des commentaires entre le web et l’organisation », par Camille Alloing, MCF, laboratoire CEREGE, IAE de Poitiers et Julien Pierre, enseignant-chercheur à Audencia Business School, Nantes. 

Programme séminaire COMUИ

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.