Présentation du séminaire COMUИ

Si plusieurs séminaires de recherche et publications abordent déjà tantôt les questions de méthodes liées à l’analyse du web, tantôt les questions liées aux traces, aux identités numériques ou, dans le cadre des ateliers de l’INA, au dépôt légal du web, nous souhaiterions, partant de cet existant, proposer un séminaire spécifiquement dédié aux commentaires numériques générés par et portant sur les organisations, ici entendues dans un sens large.

En effet, les commentaires numériques participent depuis longtemps des espaces, notamment médiatiques, et de ce fait ont déjà fait l’objet de plusieurs analyses principalement centrées sur des enjeux liées à l’expression de l’opinion publique via différents médias (Louis Quéré (1990,1995), Nicolas Hubé et Stéphane Olivesi (2008), Franck Rebillard, Nikos Smyrnaios, Roland Canu et Caroline Datchary, Fabien Granjon et Aurélien Le Foulgoc, Baudouin Dupret, Enrique Klaus et Zouhair Ghazzal (2010),D. Yvette Wohn et Eun-Kyung Na (2011), Stephen Harrington, Tim Highfield et Axel Bruns (2013), Chloé Delaporte et Ioanna Vovou (2014), Guillaume Carbou (2015), Coralie Le Caroff (2015), Dario Compagno, Arnaud Mercier, Julien Mésangeau et Kamel Chelghoum, Sylvain Malcorps, Hassan Atifi (2017)). Derrière cet intérêt marqué pour ces nouvelles formes de « participation citoyenne» se dessinèrent rapidement des questionnements portant sur les non commentateurs-lecteurs (Sébastien Rouquette, 2016) ou les communautés actives de fans (Anne-Sophie Béliard (2014), Rhiannon Bury, Canada Ruth Deller, Adam Greenwood et Bethan Jones, Julien Pequignot (2017)) y compris dans leurs dimensions éthiques (Katharina Freund et Dianna Fielding (2013)). Sans compter l’analyse des différentes configurations possibles d’intervention sur ces réseaux (Dominique Pasquier (2014), Anaïs Theviot (2014), Irène Bastard, Dominique Cardon, Raphaël Charbey, Christophe Prieur et Jean-Philippe Cointet, Marie Neihouser, Etienne Candel et Gustavo Gomez-Mejia (2017)), ou l’analyse de ces échanges dits « conversationnels » (de Fornel (1989); Herring (1996, 1999); Pemberton (1996); Erickson (1997,1999); Hutchby (2001); Michel Marcoccia (2004); Bays, Driss Ablali et Birgitte Wiederspiel (2017)) ainsi que des questionnements portant sur les méthodes à mettre en œuvre pour les analyser (Dominique Cardon (2013), Tommaso Venturini, Jean-Philippe Cointet, Guilhem Fouetillou, Camille Roth (2014), Segault Antonin, Tajariol Federico, Domenget Jean-Claude et Roxin Ioan, Dario Compagno, Thomas Bottini, Virginie Julliard, Pascal Marchand et Pierre Ratinaud (2017), Gimenez Elsa (2017)). Cepndant, rares sont les études consacrées aux commentaires clients (Françoise Hammer (2016)) dans une perspective économique (Thomas Beauvisage, Jean-Samuel Beuscart, Vincent Cardon, Kevin Mellet, Marie Trespeuch (2013), Laurence Allard, Marianne Le Béchec, Camille Alloing et Julien Pierre, Jean-Sébastien Vayre, Lucie Larnaudie et Aude Dufresne (2017)) ou sous l’angle de certaines professions issues de ces nouvelles technologies (Nikos Smyrnaios, Emmanuel Marty (2017)).

On peut constater au regard de cette rapide revue de littérature que la notion de commentaire est étudiée de préférence comme expression d’une opinion citoyenne ou d’une réception médiatique. Malgré la diversité des configurations possibles observées par les chercheurs sur le web, cette prédilection laisse de côté une large part des commentaires générés par d’autres types d’organisations. Enfin, les questionnements éthiques, l’étude de la réception de ces commentaires par la majorité des internautes lecteurs, l’analyse de leurs formes expressives (à l’exception l’analyse très récente en France de l’expression des affects qu’ils conditionnent) ou encore les questionnements portant sur leur réglementation ouvrent selon nous des perspectives complémentaires encore peu travaillées. 

Le séminaire COMUИ (Commentaires Иumériques et organisations), organisé par les membres de l’IDETCOM (Université Toulouse 1 Capitole), vise à réunir autour de ces questions des chercheurs spécialistes de l’analyse des commentaires numériques, issus des sciences humaines et sociales et des sciences juridiques, des étudiants (Master et Doctorat), mais également les professionnels désireux d’apporter leurs expertises sur le sujet et toute personne curieuse des enjeux du numérique…